13 décembre 2022

COP15 : SWEN réaffirme son engagement contre l'érosion de la biodiversité

Télécharger
Accueil / Actualités / COP15 : SWEN réaffirme son engagement contre l’érosion de la biodiversité

A l’occasion de la COP15, Swen Capital Partners affirme son engagement contre l’érosion de la biodiversité. Swen CP reconnaît ainsi les 5 catégories de pressions sur la biodiversité1 et les adresse : en investissant directement dans des sociétés dont l’activité vise à réduire les pressions sur la biodiversité ; en mettant en place des analyses, partenariats et des outils de mesure scientifique afin d’orienter ses choix ; en contribuant à des groupes de travail afin d’accélérer le déploiement de solutions collectives pour une prise en compte de la biodiversité au cœur de l’activité du secteur financier.

Investissements directs dans des solutions visant à limiter les pressions sur la biodiversité

A travers ses stratégies d’investissements directs, SWEN contribue à réduire les pressions sur les écosystèmes et à leur régénération.

La stratégie SWEN Blue Ocean contribue à la régénération des écosystèmes marins

L’océan est un sanctuaire de la biodiversité : il constitue plus de 90 % de l’espace habitable sur la planète, abrite 250 000 espèces connues et probablement plus de 70% des espèces encore à découvrir. Par ailleurs, il a déjà absorbé plus de 90% de l’excès de chaleur produit par les activités humaines et plus de 50% de l’oxygène que nous respirons provient de l’océan2. Lancé en septembre 2021 en partenariat scientifique avec l’Ifremer, un institut océanographique de premier plan à l’empreinte mondiale, la stratégie SWEN Blue Ocean vise notamment à financer de jeunes entreprises innovantes dans les domaines des données océaniques, de la production durable des produits de la mer, des alternatives au plastique à usage unique, des énergies marines renouvelables ou encore de la décarbonisation du transport maritime.

Exemples de participations financées :

  • NatureMetrics surveille la biodiversité en répertoriant le vivant

Basée au Royaume-Uni, cette société déploie l’ADN environnemental (eDNA), une technique d’amplification de l’ADN dans des échantillons d’eau, de sédiments, les sols et autres médiums, permettant de détecter des centaines d’espèces, de façon fiable, simple et à un coût compétitif. Grâce à la plateforme « Nature Performance Monitoring Service », les données font l’objet d’une visualisation graphique et dans le temps afin de gérer l’évolution de la biodiversité dans une zone donnée. L’eDNA permet également de comparer la biodiversité de différents sites et constitue ainsi un excellent outil d’évaluation de l’efficacité des initiatives de restauration de la biodiversité. Par exemple, alors qu’un échantillon conventionnel n’avait pas pu mettre en évidence la différence entre la biodiversité présente sur le site d’une raffinerie de pétrole britannique et sur une réserve naturelle voisine, l’eDNA a pu donner à voir des différences extrêmes dans la biodiversité locale, créant ainsi des données facilement compréhensibles et permettant une prise de décision éclairée. Par ailleurs, la puissance de l’outil développé par NatureMetrics permet à des industries, telles que l’agroalimentaire, la mode ou la finance, de prendre pour la première fois en compte la biodiversité sur toute leur chaîne de valeur. NatureMetrics contribue ainsi à la démocratisation de la mesure de la biodiversité.

  • ECOsubsea agit contre l’introduction d’espèces invasives dans l’océan

Cette société norvégienne apporte une solution innovante au défi de l’encrassement biologique qui se traduit par l’accumulation d’espèces animales et végétales sur les coques de navires et infrastructures maritimes, menant à la propagation d’espèces très loin de leurs régions natives. De récentes recherches suggèrent ainsi que l’encrassement biologique pourrait être le facteur le plus important d’introductions d’espèces invasives dans les océans (jusqu’à 69% des introductions3) faisant naître des risques sanitaires pour les écosystèmes marins locaux. Face à ce défi, ECOsubsea a conçu un robot aspirateur qui nettoie les coques des navires sans endommager leur revêtement et utilise la matière biologique récupérée pour produire biogaz et électricité verte. Grâce à cette solution innovante, ECOsubsea a récemment retiré 2 tonnes de bio-encrassement de la coque du porte-avions Charles de Gaulle et 78 500 tonnes d’une plate-forme pétrolière mobile en Norvège.

La stratégie Infrastructures énergies renouvelables (SWIFT) contribue à réduire le changement climatique, l’une des pressions sur la biodiversité

Lancée en 2019, la stratégie SWIFT vise à financer des infrastructures de gaz renouvelable en Europe : méthanisation, hydrogène renouvelable, infrastructures d’avitaillement en gaz et GNL pour le secteur des transports terrestres, ou encore infrastructures vertes comme les réseaux de chaleur renouvelable et le stockage d’énergie. SWIFT contribue à réduire le changement climatique, l’une des pressions sur la biodiversité. Ainsi, les émissions de gaz à effet de serre nettes évitées des entreprises investies par SWIFT sont de 145 653 tonnes d’équivalent CO2 (au 31/12/2021)4. Les engagements de SWIFT, notamment sur l’utilisation de cultures dédiées, permettent également de réduire la pression sur les écosystèmes liés au changement d’utilisation des sols.

  • Pour exemple, SWIFT a investi dans la société SFP group.

Fondé en 2020, le groupe SFP est devenu le principal développeur indépendant d’installations de biométhane à grande échelle aux Pays-Bas. Il vise à produire du BioLNG en construisant et en exploitant des installations de biogaz avec l’ambition d’en développer 8 à 10 d’ici 2030, notamment aux Pays-Bas, en Allemagne, Pologne, Espagne et Italie. SFP utilise uniquement des déchets agricoles (tels que le fumier animal ou les résidus de culture) ou des déchets résiduels de l’industrie agroalimentaire qui ne sont pas utilisés pour les humains ou les animaux.

Des processus communs et scientifiques d’analyse des investissements

SWEN a mis en place des analyses pré-investissement et des outils de mesure afin d’orienter ses choix.

  • Une analyse ESG systématique pour chaque investissement afin d’évaluer, notamment, les impacts sur la biodiversité, lorsqu’ils sont pertinents pour l’activité d’une entreprise, grâce à des  items dédiés.
  • Une analyse à travers l’indicateur NEC5 qui mesure le degré d’alignement avec la transition écologique d’un produit, un service, un projet, une infrastructure, un modèle économique, donc d’une entreprise et d’un produit financier (émetteurs, fonds, indices). La mesure, basée sur 5 enjeux environnementaux – le climat et la biodiversité, mais aussi l’eau, l’air, les ressources naturelles et les déchets – s’échelonne sur 200 points :
    • de -100% pour les activités les plus fortement destructrices de capital naturel, en obstruction à la transition écologique ;
    • à +100% pour les activités à impact environnemental net fortement positif, qui constituent des solutions pour accélérer la transition écologique ;
    • en passant par 0%, le milieu de l’échelle correspondant à la moyenne mondiale actuelle pour chaque fonction ou usage analysé.
  • Une collecte de données ESG annuelle réalisée depuis plus de 10 ans. A travers ces campagnes Swen identifie les sociétés de gestions et les participations dans lesquelles elle investit qui ont formalisé une politique biodiversité. Exemples de questions posées dans les questionnaires :
    • Avez-vous effectué une cartographie de sites et activités pour identifier les « Key Biodiversity Areas »
    • Avez-vous effectué une évaluation de votre empreinte en termes de biodiversité. Cette question inclut l’occupation des terres, la conversion des terres, les émissions de gaz à effet de serre, le prélèvement et la consommation d’eau, l’émission de polluants et de nutriments (azote et phosphore).

Une volonté d’approfondir son engagement au service de la biodiversité

Afin de contribuer plus largement aux réflexions sur la prise en compte de la biodiversité par la finance, SWEN participe aux groupes de travail de place dont Finance for Tomorrow ; France Invest.  Par ailleurs, à l’occasion de la COP15, Swen rejoint les signataires « Finance for Biodiversity Pledge » et devient membre de la « Finance for Biodiversity Foundation ». SWEN participera ainsi activement, dès janvier 2023, aux groupes de travail : « Mesure » ; « Fixation d’objectifs » ; « Impact Positif » et « Influence ». Enfin, SWEN publiera en 2023 sa Politique biodiversité détaillant ses actions et engagements 2023-2025.

1. Source IPBES, 2019, Global assessment report of the Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services : 1) L »artificialisation de notre territoire, cause majeure de la destruction et de la fragmentation des écosystèmes; 2) la surexploitation des ressource, sur terre comme en mer; 3) le changement climatique, contrainte supplémentaire à laquelle les espèces doivent faire face; 4) les pollutions qui affectent tous les compartiment de l’environnement;5) l’introduction d’espèces exotiques envahissantes qui perturbe certains équilibres aux échelles locales.
2. Rapport IPCC Special Report on the Ocean and Cryosphere in a Changing Climate consultable à cette adresse https://www.ipcc.ch/srocc/
3. Source : https://www.glofouling.imo.org/the-issue
4. Source : Rapport d’impact du fonds SWIFT 1 2021, non public
5. Depuis janvier 2022, Swen est devenu actionnaire de la NEC initiative aux côtés de Sycomore Factory ; OFI et Eurinvest, dans l’objectif de bâtir un collectif d’acteurs représentatifs de la diversité du secteur financier et engagés à travailler vers un but commun : façonner ensemble l’avenir de l’investissement durable. Pour en savoir plus : www.nec-initiative.org

La Finance Durable chez SWEN

La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN La Finance Durable chez SWEN